La sorcière à trois

sorcière
Photo : David Kohler

À trois joueurs, Citadelles est vraiment un tout autre jeu.  Nous avons joué récemment une partie à trois avec la Sorcière.

Pour le Roi, je suis convaincu qu’il doit systématiquement choisir la Sorcière en premier si elle est disponible.  En effet, le premier joueur, lorsqu’il choisira son deuxième personnage, connaît avec certitude le personnage choisi par les deux autres joueurs et peut donc faire mouche à tous les coups avec la sorcière, sans prendre de risque.

De plus, si on lui laisse le voleur pour le deuxième personnage, je pense que c’est aussi un excellent choix pour les même raisons : il connaît deux personnages déjà choisis.  Il peut alors à la fois ensorceler et voler, et donc pourrir les deux autres joueurs.  Il peut aussi tenter un combo sur un même joueur.  (Attention à bien voler le personnage d’un joueur avec le chiffre le plus bas.  À défaut le joueur volé risque de s’arranger pour se débarrasser de ses pièces avec son premier personnage avant d’être volé avec le deuxième).

Enfin, si on ne lui laisse pas le voleur, je pense qu’il a intérêt à l’enchanter avec la sorcière s’il souhaite piocher deux pièces.  À défaut, il prend un gros risque de se faire voler, car le voleur va connaître les deux personnages choisis par les autres joueurs, dont le roi.

En tous les cas, la sorcière est vraiment très puissante à trois !

Je pense que le meilleur moyen de « contrer » la sorcière est de prendre le Roi au premier tour.  Certes le risque de se faire ensorceler est fort, mais au moins, au tour d’après, on peut se venger :)

La gourmandise est un vilain défaut

Récemment j’ai commencé une partie avec que des cartes violettes. J’ai pu construire dès le premier tour (avec les 4 pièces) puis j’étais convaincu d’arriver à construire une cité très riche (j’ai déjà gagné avec trois ou quatre merveilles posés).

Seulement là, les autres joueurs ont construit plusieurs bâtiments nobles, tandis que moi je peinais à récupérer 6 pièces pour construire un autre bâtiment.  Sans marchand dans cette partie, ça demandait au mois trois tours de jeu, ou alors un coup de génie de voleur (et encore aurait-il fallu pouvoir le prendre).

Je ne voulais pas non plus me débarrasser de mes cartes contre la pioche, ayant de belles merveilles…  (C’était peut-être le bon choix à faire pour autant.)

Mais, du coup, je me demande si la bonne stratégie n’était pas la suivante : prendre le magicien, et plutôt que de renouveler mes cartes, les donner à un autre joueur.  Je prends certes le risque qu’il construise des merveilles, mais au moins les cartes restent en jeu et je peux tâcher de les récupérer plus tard.

Le mauvais choix

Dans une partie à 4 joueurs, je suis le roi et choisis donc en premier mon personnage. Je sais que la carte face cachée est l’assassin.

Je me dis que je vais laisser le voleur au suivant, qui volera sans doute le marchand et décide de prendre une carte banale (en l’occurrence l’architecte, ma main étant « pourrie »).

Erreur !!!

En effet, à l’appel de l’assassin, personne ne se manifeste (et pour cause…). Par dédudction, le second joueur-qui a pris le voleur- sait que j’ai pris l’autre carte qu’il n’a pas eue en main. Lorsque j’appelle ensuite le voleur, il peut alors me voler en toute quiétude, en sachant précisément le personnage que j’avais sélectionné.

Argh…

Le seul choix ‘safe’ ici aurait été de prendre moi-même le voleur, même si cela ne m’avantageait pas.

Comme quoi, il n’est pas toujours interessant d’être le roi.

Répartition des cartes

Voici un récapitulatif des quartiers nobles disponibles dans Citadelles.

Détail

Couleur Nom Prix Quantité
Jaune Manoir 3 5
Jaune Château 4 5
Jaune Palais 5 2
Rouge Tour de guêt 1 3
Rouge Prison 2 3
Rouge Caserne 3 3
Rouge Forteresse 5 3
Bleu Temple 1 3
Bleu Église 2 3
Bleu Monastère 3 4
Bleu Cathédrale 5 2
Vert Taverne 1 5
Vert Échoppe 2 4
Vert Marché 2 4
Vert Comptoir 3 3
Vert Port 4 3
Vert Hôtel de ville 2 5

Bilan

Couleur Nombre de quartiers différents Nombre total de quartiers Points totaux (quartiers distincts) Points totaux disponibles Points mini Points maxi Points moyen Points (écart type)
Bleu 4 12 11 31 1 5 2,75 1,71
Jaune 3 12 12 45 3 5 4,00 1,00
Rouge 4 12 11 33 1 5 2,75 1,71
Vert 6 24 14 52 1 4 2,33 1,03

Synthèse

  • Les bâtiments jaunes sont chers mais rapportent vite (3 quartiers rapportent 12 points
  • Les bâtiments verts sont nombreux mais rapportent peu (6 quartiers rapportent 14 points)
  • Les bâtiments bleus et rouge sont équivalents, les bleus rapportant légèrement moins (et étant donc légèrement plus facile à construire)

Comment jouer l’assassin ?

L'assassin
Image : xavierwilkinson

Vocabulaire utilisé dans cet article :

  • Nuisible : personnage qui a la capacité de ralentir un autre joueur
  • Rentier (noble) : personnage qui rapportent potentiellement beaucoup d’argent (personnages de couleur)

Forces, Faiblesses

Forces :

  • Joue en premier (idéal pour finir)
  • Ne craint pas le voleur
  • S’il cible bien le joueur en tête, il peut ralentir très efficacement sa progression
  • Fait « peur » (il influence le choix des autres)

Faiblesses :

  • Récupère peu d’argent
  • Ne gène qu’un joueur en laissant les autres se développer
  • Tue potentiellement un personnage qui ne joue pas (double peine)

Quand le choisir

  • Si je suis en tête je peux le choisir pour éviter que les nuisibles se tournent contre moi ou pour bloquer la progression du deuxième.
  • Si je suis deuxième je le choisis si je suis presque certain d’arriver à choisir le joueur en tête.
  • Si je ne suis pas dans les personnages de tête, je ne prends l’Assasin qu’en choix par défaut car il ne me permet pas de me développer.

Stratégie

Stratégie globale

  • Tuer le joueur en tête (si possible) si ça ne bloque pas ma propre progression,
  • Tuer les personnages rentiers,
  • Laisser les nuisibles en vie.

(Accessoirement, si le voleur a été choisi, je pense qu’il vaut mieux tuer un personnage pauvre, sauf à vouloir bloquer volontairement le voleur)

Voleur

A priori pas une excellente cible pour l’assassin car le voleur est un nuisible pour les autres joueurs, et ne profite pas immédiatement de son bonus (comme il récupère les pièces volées après qu’il a terminé son tour, il peut donc toujours être arrêté au tour suivant… sauf si le voleur a la couronne et la garde).

Magicien

C’est aussi un nuisible, mais contrairement au voleur, il peut se tourner contre l’assassin. Il est donc intéressant de le tuer lorsque l’on dispose de beaucoup de cartes (ou de cartes connues et convoitées).

Dans les autres cas, le magicien a plutôt tendance à gêner les autres joueurs, donc autant le laisser faire. (Une exception : si le joueur en tête n’a plus de cartes, une possibilité de choisir le magicien, et qu’il ne prend pas l’architecte).

Roi

Contrairement à l’Empereur, le roi prend sa couronne même quand il meurt. L’assassin n’a donc pas d’utilité à ce niveau.

Tuer le roi est intéressant car c’est un rentier et il permet donc à un joueur de se développer rapidement. Cibler le roi si c’est le personnage potentiellement pris par le joueur en tête.

Evêque

Tuer l’Évêque est utile pour le rendre vulnérable au condottière. Si le condottière a été choisi (ou peut être choisi) par un personnage riche, c’est une bonne stratégie, mais qui requiert une bonne lecture de jeu.

C’est aussi un bon choix contre le joueur en tête car l’Évêque est un rentier.

Marchand

Le marchand est une cible de choix pour l’assassin, surtout en début de partie. En effet le marchand rapporte à tout le monde et est rarement laissé à l’écart. Au fur et à mesure que des bâtiments sont construits, le marchant devient moins une cible de choix au profit des autre rentiers.

Architecte

L’architecte est un personnage dangereux en fin de partie (il a une excellente capacité de finisseur, a condition que le joueur qui le choisit ait de l’argent). Il me semble moins puissant en début de partie (risque de se faire voler ses cartes, risque de construire trop de bâtiments pas chers donc fragiles, pas de gain particulier d’argent, etc.)

L’architecte est donc à tuer lorsqu’un joueur risque de finir (riche et qui possède 6 voire 5 quartiers), et lorsque le joueur en tête n’a plus de cartes et n’a pas pris le magicien.

Condottière

Le condottière est un nuisible donc autant le laisser freiner les autres joueurs. En revanche si je suis fragile et bien placé, le condottière devient une cible de choix.

En bref…

  1. Tant que tout le monde a moins de 5 quartiers je tue le marchand
  2. Si je suis en tête et fragile je tue le condottière
  3. Si quelqu’un d’autre est en tête je tue le noble qui lui apporte le plus d’argent (même si je pense qu’il vaut mieux ne pas prendre l’assassin dans ce cas)
  4. Si quelqu’un a plus de 5 quartiers et risque de finir je tue l’Architecte

L’évêque n’est pas si faible

Joueur débutant, jusqu’à aujourd’hui, je considérais l’évêque comme un personnage faible. Mais j’ai pu percevoir certains de ses avantages au cours d’une partie.

Le joueur qui caracolait en tête possédait une carte bleue dans sa cité, puis il a commencé à sélectionner (à plusieurs reprises) l’évêque. Faute d’avoir deviné cette tactique suffisamment tôt (et avoir assassiné l’évêque), les autres joueurs ont laissé le leader prendre l’évêque. Non content de percevoir des royalties, sa main lui a permis de poser de nouvelles cartes bleues (même de faible valeur), augmentant à chaque tour un tribut grandissant… tout en étant protégé du condottiere !

Il lui a suffi ensuite de diversifier ses choix (personnages et cartes posées) pour atteindre les 8 cartes, les 5 couleurs, et finalement gagner !

 

Ressources sur Citadelles

Citadelles est un jeu de société dont le but est d’être le premier jouer à construire une Citadelle prestigieuse.  À chaque tour de jeu, les joueurs choisissent secrètement un personnage qu’ils incarneront pendant un tour, chaque personnage ayant des capacités qui lui sont propres.

Voici quelques ressources sur ce jeu :

N’hésitez pas à partager d’autres ressources dans les commentaires.